SEX-ED + fête sa première année!

Un an déjà!

🥳🥳🥳Ce bizarre petit projet qui a commencé dans une cuisine de Montréal a maintenant un an! 🥳🥳🥳

En septembre 2018, une levée de fonds sur Ulule a permis d’acheter le matériel nécessaire pour commencer à offrir à la vente les outils pédagogiques SEX-ED + . Un an plus tard, la production d’organes génitaux tourne à plein et est l’activité professionelle à temps plein d’une personne (presque) décemment payée.     Merci à ceux et celles qui ont donné des coups de pouce ici et là et qui continuent de le faire. 😘

Combien d’organes génitaux anatomiquement corrects en silicone peut-on produire en un an?

On parie que Google ne s’est jamais fait poser cette question là, mais on a la réponse. Voici le total des ventes de SEX-ED + pour sa première année d’activité. À cela on rajoute les outils qui ont été offerts à des chercheur.e.s ou éducateur et éducatrices à la sexualité qu’on aime vraiment beaucoup, comme ReidAboutSex, Girl Sex 101, Odile Fillod, le prix Nobel #DenisMukwege, El Armario Abierto à Mexico DF, la Dr Hellen OConnell en Australie et quelques autres qu’on oublie surement. Une chose est sure, ces organes génitaux sont en train de conquérir le monde! 🏴‍☠️🏴‍☠️🏴‍☠️

Mais qui donc achète des organes génitaux anatomiquement exacts en silicone?

La question qui ne manque pas à chaque fois qu’on présente le projet SEX-ED + c’est: » mais qui donc achète des organes génitaux anatomiquement exacts en silicone? ». On imagine les projections étranges/sexy/totalement creepy qui traversent les esprits à ce moment là. Rassurez-vous, les outils produits par SEX-ED + sont uniquement vendus à des professionnel.le.s de la santé et de l’éducation à la sexualité, qui s’engagent d’ailleurs par contrat à les utiliser exclusivement dans un cadre professionnel. Pas qu’on ait quoi que ce soit contre l’industrie du jouet pour adulte, au contraire. Mais ce n’est pas le type d’usage auquel les modèles ont consenti lors qu’ils et elles ont prété leur corps pour un moulage. Et le respect du consentement, c’est quand même fondamental!

Y aurait-il une tendance à la nerditude chez SEX-ED +?

Peut-être un peu…Mais il faut dire qu’avant d’embarquer dans l’aventure des organes génitaux en silicone, on faisait de la recherche sur l’éducation à la sexualité anti-oppressive. C’est d’ailleurs des conclusions de recherche qui ont mené à la création du projet. En effet, comment changer les pratiques problématiques en éducation à la sexualité si on ne change pas les outils qu’on utilise?
Les conférences sont un super moment de contact avec les milieux de pratique et de la recherche, et aussi provoquer des discussions et des changements de paradigme chez une grande variété de publics. Au cours de l’année, on a fait des interventions auprès de gens de l’académie, de sexologues, d’intervenant.e.s des milieux violence faites aux femmes et LGBT…On est bien motivée à continuer à le faire, mais ce serait quand même bien que les droits d’accès soient un petit peu plus bas, parce que les tarifs sont une réelle limite à la participation quand on n’est pas subventionnée par un groupe de recherche…

On rougit…

Puis finalement, on dit merci!